Les pellicules du diable — Matteo

Laisser un commentaire
Arrogance, Cocaïne, Matteo Veca, Subjectivité

La cocaïne, soit on la hait, soit on la consomme. Elle tient les hommes par la peur ou l’amour, et vous pourrez parler d’elle des heures, des jours, des mois durant sans commencé à l’intéresser. Doit-on la légaliser ? Elle est coupée à quoi ? Alors, elle est bonne ? Il arrive à quelle heure, ton dealer ?  Il va mettre combien de temps ? T’es défoncé là ?
Jamais pareil sujet n’avait autant déstabilisé le jeune fêtard du vendredi soir une fois l’alcool descendu et la défonce, elle, dans la salle d’attente.
Tout prend un sens lorsque l’on prend son mal en patience, une fois le SMS envoyé et la coke sniffée. Le dealer pourra toujours avoir 3 heures de retard, on sera heureux de le voir.

La cocaïne a toujours été l’un des meilleurs produits commerciaux : livraison à domicile, pas de taxe, tout est en cash. Le produit ne dure pas et se rachète systématiquement. Pas besoin de spot publicitaire, technique de marketing agressif  à maigre coût (SMS envoyés à tire-larigot). Tout se fait de bouche à oreille puis du nez au cerveau.
Surtout, le client n’est jamais à 100% au courant de la qualité du produit. Le consommateur ne se  renseigne jamais sur la pureté de sa poudre, c’est comme si l’on vendait une paire de chaussettes au prix des chaussures.
Cerise sur le gâteau?  Qu’importe le nombre d’overdose, le client ne reculera pas pour en avoir.
Ainsi, la consommation de cocaïne définit exactement un état de masse qui valorise la fidélisation d’un produit par un manque. La coke est une marque, symbole d’un système qui creuse les inégalités sociales. Pas de coke sur soi, pas de démonstration de richesse.

La cocaïne, le plus dur c’est de commencer. 
Il faut se trouver au bon endroit, au bon moment. Fréquenter les prédateurs de la nuit, les baroudeurs mondains. Se hisser dans les grands appartements où de la table au parquet, tout est en or. Tout doit être trop grand pour prendre de la coke sinon, il n’y a pas d’intérêt à en sniffer pour décoller. Elle a appartenu et appartiendra toujours à une élite intellectuelle, trop difficile de passer de la coke à l’âne.
Sherlock Holmes, héros de certaines jeunesses, adorait ce produit. Il saluait le fait qu’elle clarifie son esprit et qu’à ce niveau-là, qu’importent les effets secondaires.
Les accessoires distinctifs de Sherlock Holmes? 
Le grand appartement dans le centre-ville, le goût pour le violon, la pipe, les beaux habits. Holmes a tous les attributs du parfait nouveau bobo riche, sans compter son goût pour la sophistication et son indéniable  »je-m’en-foutisme » vis à vis de l’opinion publique. Preuve que le choix du détective montre que cette drogue est un outil des riches : Le cocaïnisme, surtout occidental, comme l’alcoolisme lui-même, s’oriente plutôt vers un idéal nietzschéen: la  »volonté de puissance», l’expression énergétique et triomphante de la personnalité dans le monde extérieur. (Sherlock Holmes, Watson et la cocaïne p.69). 

Phénomène de mode qui se respecte, schnouffer c’est toujours être dans la tendance. Dans la mesure où nous sommes en parfaite assurance de nous-mêmes, la cocaïne est ce qu’il y a de mieux pour sortir de soi, de s’oublier et d’être libre. On cherche en vain de sortir d’un système qui ne souhaite que la simple immatriculation de notre identité, nous sommes au-dessus de tout.

La poudre blanche est un luxe. Vous voulez en juger?  Si vous avez les moyens, vous n’avez qu’à essayer. 

Matteo Veca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.